Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 10:24
Le désenclavement des Hautes-Alpes est un sujet récurrent dans les conversations, mais cet enclavement est-il réel et le relatif isolement du département ne l'a-t-il pas préservé d'un développement axé sur l'industrie plutôt que sur le tourisme vert?
Le "paradis", ça se mérite... A l'heure où l'on parle de développement durable (ou soutenable) et de la nécessaire protection de l'environnement, la quasi "virginité" du département ne constitue-t-elle pas un atout plutôt qu'un handicap?

Une autoroute est gourmande en emprise foncière, surtout en fond de vallée; si l'on ajoute une route nationale, un canal et éventuellement une voie ferrée, que reste-t-il pour l'agro-pastoralisme et l'habitat, coincés entre rivière et voies de communication? Sans parler de la frontière créée entre les deux versants, bouleversant les migrations naturelles, animales et humaines, et le bruit, omniprésent, qui atteint les cimes les plus élevées.

Ici, l'autoroute A 51, au niveau du village de Valenty protégé par un mur anti-bruit.

































































Doit-on pour autant regretter les pittoresques routes d'antan?






























A Gap, la place Jean Marcellin brille de mille feux mais déjà les fêtes s'éloignent et l'hiver se poursuit...










































L'ancienne ferme de l'hôpital à Gap, route des Eyssagnières, au rez-de-chaussée de laquelle de nombreux enfants du quartier ont appris à lire et à écrire avant qu'une école ne soit construite juste à côté, l'école des Sagnières (allusion aux marécages qui se tenaient là autrefois comme sur une bonne partie du territoire gapençais plus anciennement), école restructurée, agrandie et rebaptisée école des Eyssagnières il y a quelques années.

Devant la ferme, il y avait une jolie fontaine en pierre à laquelle de nombreux gapençais venaient puiser de l'eau de source: elle a mystérieusement disparu il y a quelques années mais n'est sûrement pas perdue pour tout le monde: avis aux apprentis-détectives...

Récemment, un pan complet de ce bâtiment s'est effondré, suscitant le mécontentement d'un certain nombre d'amis du patrimoine. La ville a été interpellée lors d'un conseil municipal mais n'est pas propriétaire de ces murs.









































Autre élément du patrimoine gapençais, le viaduc du Buzon, vestige d'un projet de construction d'une voie métrique entre La Mure et Gap. Après la Première Guerre Mondiale ce projet fut abandonné par manque de rentabilité. Une extrémité de ce viaduc fut dynamitée par des maquisards lors de la retraite des Allemands au cours de la Seconde Guerre Mondiale, sans utilité réelle semble-t-il.

Viaduc du Buzon link



































A Gap, dénommée capitale douce, la précarité est aussi présente même si elle se montre plus discrète, et ce n'est pas la première fois que nous relevons, en des lieux différents, des campements de cette nature...














































Terminons par un petit hommage aux légumes qui constituent la base d'une alimentation saine et sont donc en quelque sorte l'avenir de l'homme...

link nutrition santé





























Partager cet article

Repost 0
Published by Le président
commenter cet article

commentaires